mome.exprimetoi.net

Exprime-toi ! Discussions - Entraide et conseils - Prévention et lutte contre les abus - Espace pour les ados et enfants précoces
 
Infos ForumAccueilChatboxPortailNEWSFAQRechercherBlogs des membresS'enregistrerConnexionLIENS
Mer 23 Aoû 2017 - 6:07

Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Liens sécurité des mineurs sur internet



Connecte-toi pour voir la liste complète des derniers sujets
Derniers sujets importants
Nouveaux membres : présentez-vous et lisez les règles pour avoir accès aux rubriques


portes ouvertes sur le forum, pour les visiteurs cliquer ici

➾ Souhaitons la bienvenue aux nouveaux membres = nouveau(x) membre(s)

➾ Règles du forum

Débats et discussions générales

➾ Retrouve tout ce qu'on a dit pendant ton absence Invité TOUS LES DERNIERS SUJETS : clique ici (après connexion)

Pour les autres sujets, merci de rentrer dans chaque rubrique.



_____Sujets au hasard_____


Les débats et discussions (pour tous)

➾ Remarque

➾ Que collectionne tu ?

➾ La lutte contre les agressions scolaires
➾ ça arrive aussi aux garçons
➾ Loups : les plus belles photos (extraits niveau visiteurs)
➾ autres articles en lecture libre pour les invités

Pour les questions insolites :


Divers

EPI
Enfants Précoces Infos



panneau en construction



Liens externes, sites, partenaires : cliquer sur le bouton :




































Traduire :



















Partagez | 
 

 Paralysie du sommeil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fée Morrigan
Membre Spécial/VIP
Membre Spécial/VIP
avatar

Grade/rang en + : Honneur ✩✩✩✩✩ Equitation Ethologie & 'Spécialiste Mythologie Celtique
' ' : Ordre des druides celtiques
Honneurs :


Ancienne du forum


Groupe Ethologie-Equitation










Sexe : Féminin
Age à l'inscription : 18
invité(e) par : Yoda
Passions et loisirs préférés : Equitation, arts martiaux, monde celtique, sciences, animaux, mythologie, ... ... ...
Humeur : Guerrière

MessageSujet: Paralysie du sommeil   Jeu 24 Avr 2014 - 19:00

Paralysie du sommeil






Paralysie du sommeil


généralités : wikipédia, sous ce titre



puis, bien expliqué aussi : http://www.informationhospitaliere.com/dico-778-paralysie-sommeil.html

Citation :


Paralysie du sommeil

La paralysie du sommeil est le terme employé à la fois pour décrire l'atonie musculaire normale qui apparaît naturellement lors du sommeil paradoxal mais aussi le trouble pendant lequel la conscience est maintenue alors que le corps se paralyse durant l'entrée dans le sommeil (Paralysie hypnagonique) ou lorsqu'il reste paralysé au réveil (Paralysie hypnopompique). Pour différencier la paralysie du sommeil normal et le trouble, on peut se référer au trouble du sommeil comme étant l'éveil pendant la paralysie du sommeil.

La paralysie du sommeil normale

La paralysie normale du sommeil est due à des mécanismes dans le tronc cérébral, en particulier les neurones réticulaires, vestibulaires, et oculomoteurs, qui empêchent les mouvements corporels, bloquent l'influx sensoriel et fournissent au prosencéphale l'activité interne qui caractérise l'activité cérébrale pendant le sommeil paradoxal.
En effet, pendant le sommeil paradoxal, phase pendant laquelle le cerveau est particulièrement actif, l'activité des muscles est bloquée, à part les muscles de la respiration et des yeux. Cela empêche que l'on vive physiquement les rêves, ce qui peut s'avérer dangereux pour soi ou les autres. 

Comme les yeux ne sont pas paralysés par ce système, cette exception a été employée pour montrer que le rêve lucide était un phénomène objectivement vérifiable.

Éveil pendant la paralysie du sommeil

On pense qu'environ 25% des gens expérimenteront cet état au moins une fois dans leur vie. 

Le Cauchemar, par Henry FuseliLe trouble connu sous le nom de « paralysie de sommeil » se produit quand la conscience est entre un état de sommeil paradoxal et un état d'éveil, mais où la paralysie musculaire est maintenue. Il peut se manifester aussi bien au moment de l'endormissement (état hypnagogique) que du réveil (état hypnopompique). La personne se croit réveillée, mais ne peut bouger. En outre, cet état est habituellement accompagné de certains genres d'hallucinations visuelles et sonores spécifiques, car la conscience est à mi-chemin de l'état onirique et la paralysie crée un état de tension/peur/panique. C'est une sorte de semi-éveil. La personne peut « voir » son environnement mais s'y mélangent les hallucinations oniriques (le rêve peut être défini comme une forme d'hallucination). Elle pourra donc avoir conscience que la porte de sa chambre est réellement ouverte, mais elle verra en même temps un tableau imaginaire à son mur.

La paralysie se produit toujours après un réveil du sommeil paradoxal, car les mécanismes d'inhibition des muscles ne sont pas levés au moment du réveil. Si l'on touche la personne ou l'appelle par son nom le blocage est levé immédiatement. Mais même sans intervention extérieure, l'attaque de paralysie de sommeil se dissipe après quelques minutes.

Causes possibles 

On connaît peu de choses sur la physiologie du trouble de l'éveil pendant la paralysie du sommeil. Cependant, certains suggèrent que cela pourrait être lié à l'inhibition post-synaptique de moto-neurones dans la région pontique du cerveau. En particulier, de bas niveaux de mélatonine peuvent stopper le courant de dépolarisation des nerfs, ce qui empêche la stimulation des muscles. 

Il y a également une corrélation positive significative entre ceux qui éprouvent fréquemment ce trouble et ceux qui souffrent de narcolepsie. Cependant, diverses études suggèrent que beaucoup — voire la plupart — des gens éprouvent la paralysie de sommeil au moins une ou deux fois dans leurs vies.

Il semble que divers facteurs augmentent la probabilité de paralysie et d'hallucinations :

- Dormir sur le dos ; 
- Avoir des horaires de sommeil irréguliers, siestes ; 
- Stress important ; 
- Changement de style de vie ou d'environnement. 
- Certains exhausteurs de gouts, contenant notamment du glutamate de sodium ; 
- La lumière ambiante. 

Il y a aussi certaines personnes qui tentent volontairement d'accéder à l'état de paralysie du sommeil, car cela peut être utilisé pour déclencher un rêve lucide.

Hallucinations connexes 

Ces hallucinations varient généralement selon l'individu, mais certaines sont plus communes à l'expérience que d'autres :

La plus courante

- Peur 

Très courant

- Sentir une « présence » (souvent maléfique) 
- Pression/poids sur le corps (particulièrement la poitrine) 
- Sentiment de danger/mort imminent 

Assez courant

- Hallucinations auditives (souvent respirations, bruits de pas, voix indistinctes ou bruits de palpitation, grognements) 
- Hallucinations visuelles telles que des personnes ou des ombres marchant autour de la pièce 

Moins courant

- Sensation de flottement (parfois liée à des expériences de mort imminente) 
- Hallucinations tactiles (telles qu'une main touchant ou saisissant) 
- Hallucinations agréables (la présence a alors un caractère protecteur et rassurant) 

Rares

- Sensation en chute 
- Vibrations 
- Interaction sexuelle 

Solutions au trouble 

On ne connaît pas de remèdes pour stopper le trouble mais en faisant disparaître la peur qui accompagne le phénomène, on fait aussi disparaître les expériences désagréables. En général, les épisodes de troubles se déroulent sur une période de temps limitée. Plus l'âge augmente et plus la probabilité de tels troubles diminue.

La meilleure chose à faire, quand le trouble survient, est de se calmer. Une autre technique pour stopper une paralysie du sommeil serait de concentrer son attention sur un point précis et de respirer calmement. Il devrait s'en suivre soit un réveil complet soit le début d'un rêve. Certaines personnes disent également que remuer les yeux d'avant en arrière peut aider. Certains prétendent pouvoir induire un rêve lucide ou une expérience hors du corps (aussi appelé voyage astral) à partir de cet état. !réf. nécessaire

Pour prévenir ces troubles, il faut que vous ayez une bonne hygiène de sommeil : couchez vous à des heures régulières. De même évitez de vous endormir sur le dos. Enfin, essayez de ne pas y penser : bien souvent, c'est parce qu'on y pense que l'on risque d'avoir une paralysie. N'hésitez pas à vous changer les idées en vous couchant, en lisant un livre par exemple. !

Ne pas confondre 

avec le cauchemar. Le terme cauchemar est improprement passé dans le langage courant pour désigner le mauvais rêve. Certains l'utilisent encore en faisant référence à son étymologie (Cauquemar). C'est le cas de certains articles traitant de psychiatrie et surtout de psychanalyse. C'est le cas aussi dans l'art. 

avec les terreurs nocturnes. La paralysie du sommeil génère des symptômes d'angoisse, de peurs, du même ordre que ceux des terreurs nocturnes (même sémiologie), mais il existe en plus des phénomènes hallucinatoires connexes non décrits dans les terreurs nocturnes (du fait de l'amnésie de ces dernières), ainsi que le souvenir de l'épisode de paralysie. L'angoisse est une conséquence de la paralysie du sommeil, alors que les terreurs nocturnes sont des équivalents nocturnes d'une attaque de panique.


Source: © Copyright InformationHospitaliere.com - Source: InformationHospitaliere.com - wikipedia.org








http://www.inrees.com/articles/Paralysie-du-sommeil-entre-reve-et-realites/


inrees.com :  conscience, psychologie, bien-être, sciences, spiritualité


Citation :

Paralysie du sommeil, 
entre rêves et réalités...

Imaginez que vous vous réveilliez, le corps bloqué, le souffle oppressé, la conscience inondée de perceptions étranges – dont celle d’une présence immatérielle à vos côtés. Plus courante qu’il n’y paraît, l’expérience a un nom: paralysie du sommeil. A quoi tient-elle ? Que faut-il en penser ? Que faire pour la dompter ?
« J’étais étudiant, raconte David Hufford, professeur au Penn State College of Medecine (USA). Epuisé par un bachotage intense, je m’étais couché tôt. Une heure plus tard, je me réveille ; j’entends un bruit de porte et des pas étouffés. Bizarre : j’avais fermé à clé. J’essaye de bouger, de crier. Impossible. Je commence à paniquer. Soudain, je sens une forte pression sur ma poitrine, quelque chose enserrer mon cou. Je n’arrive plus à respirer, je me dis que je vais y passer ! Puis mes muscles finissent par réagir, je saute du lit et m’enfuis. »
L’histoire paraît abracadabrante. Elle concerne pourtant, au moins une fois dans leur vie, 30 à 40% des gens. « Rien ne me préparait à ce type d’expérience, commente David Hufford. J’étais jeune, en bonne santé, ne consommais aucune substance. Je n’étais pas non plus particulièrement croyant, m’apprêtant plutôt à devenir un bon matérialiste. »

Entre rêve et réalité

Déstabilisants, parfois source d’angoisse, ces épisodes, isolés ou récurrents, sont connus de la science sous le terme de « paralysies du sommeil ». Premier point important, le blocage de l’activité musculaire est parfaitement normal pendant le sommeil : il évite qu’on vive physiquement ses rêves.
Le trouble survient quand, par une sorte de mauvais timing, cette inhibition s’invite à un moment où la conscience n’est pas totalement endormie. Piégé entre sommeil et éveil, le cerveau perçoit un état qu’il n’est pas censé distinguer. « Ce processus biochimique est parfaitement compris, confirme David Hufford. Il explique l’impossibilité de bouger le corps, ainsi que la sensation de pression sur la poitrine et de manque d’oxygénation, liée au blocage involontaire des muscles respiratoires », sous l’effet de la panique.

Permet-il aussi d’expliquer les autres sensations ? Là-dessus, les scientifiques sont plus circonspects. « 80% des personnes ayant vécu une paralysie du sommeil témoignent de perceptions extraordinaires », rappelle David Hufford. Auditives, comme « des souffles, des voix, de la musique, des grincements ». Visuelles, via souvent la distinction d’une présence, sous la forme d’une ombre, d’un halo ou d’une masse sombre. « Certains disent la voir nettement, d’autres plutôt percevoir où elle est, où elle va, quelles sont ses intentions », précise David Hufford. D’autres impressions, encore, peuvent être évoquées : « J’ai vécu une dizaine de paralysies du sommeil lorsque j’étais étudiante, témoigne Patricia Serin, psychologue clinicienne. J’avais l’impression qu’une ombre s’approchait de moi jusqu’à me fixer puis m’attaquer. Parfois, en pleine agression, un bourdonnement m'enveloppait, je me sentais sortir de mon corps pour m'éloigner de cette violente intrusion. J’atterrissais une fois l’entité partie, avant de plonger d’épuisement dans un sommeil profond. » 
Pour Allan Cheyne, professeur de psychologie à l’Université de Waterloo (Canada), qui a étudié plus de neuf mille cas, ces perceptions s’apparentent biologiquement aux rêves. « Cheyne explique que deux mécanismes cérébraux interdépendants gèrent notre sommeil, décrypte Patricia Serin. L’un nous permet de nous réveiller, l’autre de nous maintenir en état de rêve. Lorsqu'ils ne fonctionnent pas correctement, le premier n'inhibe plus le second, et l'on se réveille sans cesser de rêver. » Mis en alerte brusquement, inquiet de sentir le corps paralysé et la respiration oppressée, le cerveau nourrirait l’activité onirique d’images internes, représentatives de nos peurs.

Mais alors, comment se fait-il que les visions induites par les paralysies du sommeil convergent tellement ? Les rêves, eux, varient énormément d’un individu à l’autre !
Selon David Hufford, qui a étudié le sujet pendant trente ans, dans plus de douze pays, ces similitudes ne peuvent être le fruit d’une influence culturelle. « Les témoignages concordent partout dans le monde, à toutes les époques », rappelle-t-il. Au point que la paralysie du sommeil se retrouve dans les folklores d’Orient et d’Occident, sous forme d’une vieille sorcière en Amérique du Nord, d’un démon mâle ou femelle en Europe du Sud, d’une kanashibari au Japon, d’un djinn au Maroc, d’un elfe en Europe du Nord… « Aujourd’hui, ces légendes sont aux oubliettes, mais des gens continuent de vivre ce type d’expérience. Elles ne sont donc pas le fruit de croyances. »
Ni de troubles neurologiques. Car si certaines prédispositions favoriseraient le déclenchement de la paralysie du sommeil, « aucun processus physiologique connu n’est capable de produire des contenus hallucinatoires aussi complexes ». 

Autre hic : l’expérience est bien réelle. Tous ceux qui la vivent disent s’être sentis aussi lucides qu’en état de veille. Et tous s’en souviennent parfaitement le lendemain – ce qui n’est pas le cas des rêves.
« Les travaux de l’anthropologue Michael Winkelman suggèrent que les humains sont câblés pour voir des esprits, indique Ryan Hurd, auteur d’un guide sur la paralysie du sommeil. Nul ne sait s’ils sont des représentations mentales, symboliques, fomentées par notre inconscient pour nous passer un message, ou s’ils ont une existence propre, extérieure à nous. Mais le vécu, lui, est authentique. » 
Alors de quoi s’agit-il ? « Etat modifié de conscience », répond David Hufford, comme ceux qu’on atteint parfois volontairement par l’hypnose, la transe, les psychotropes ou la méditation intense. « On ne dispose pas d’une cartographie précise de ces états, mais on sait qu’ils existent. » Dans ces moments, le cerveau serait capable de capter d‘autres champs vibratoires et de percevoir d’autres dimensions du monde, différentes à la fois de l’univers du rêve et de la réalité matérielle ordinaire. 

Moteur de ce processus : une certaine sensibilité. Innée chez certains, elle peut émerger chez d’autres dans ces moments où la vie nous submerge, où une brèche se crée dans nos systèmes de défense habituels : suractivité physique ou intellectuelle, horaires chaotiques, retard de sommeil, anxiété, mort d’un proche, naissance d’un enfant, passage à l’âge adulte, crise de la cinquantaine, problème professionnel, difficultés socio-économiques, changement d’environnement… « J’ai remarqué que ça m’arrivait surtout lorsque j’étais stressée ou fatiguée », note ainsi Leila, victime de paralysies de sommeil depuis trois ans.
Jusqu’à révéler, parfois, des malaises plus profonds. « Les troubles post-traumatiques peuvent promouvoir la paralysie du sommeil », indique le psychiatre Devon Hinton dans un article de Sciences News – par exemple chez les victimes d’abus sexuels ou les rescapés d’actes violents. « En plongeant dans l'inconscient, la psychanalyse peut proposer des explications à des paralysies du sommeil régulières, telles qu’un refoulement, un déni, une phobie, une tendance à l’hystérie, la paranoïa ou la dépression », ajoute Patricia Serin.

Voie de transformation

Si ça vous arrive, pas de panique. « Vous n’êtes ni fous, ni maudits ! rassure Hufford. Par méconnaissance, beaucoup de psychiatres, devant de tels symptômes, concluent à un épisode psychotique. Savoir que la paralysie du sommeil est courante, qu’elle peut arriver à n’importe qui, l’inscrit dans une normalité. »
Qu’on soit convaincu d’être harcelé par des esprits ou qu’on jette sur l’expérience un regard très rationnel, l’important est d’abord de retrouver confiance dans sa capacité à surmonter le trouble. Puis d’envisager la paralysie du sommeil comme la manifestation d’un déséquilibre, une invitation (certes musclée) à l’identifier et tenter de le résoudre. « Le poète Robert Bly décrit ces ombres comme tout ce qu’on évite de regarder en face, tels un trait de caractère, une histoire personnelle ou collective, une situation difficile, commente Ryan Hurd. Ces visions ne s’invitent pas dans nos nuits pour nous faire peur, mais pour être entendues. »
Jusqu’à en faire, pourquoi pas, une opportunité de transformation personnelle. « Les paralysies du sommeil sont perturbantes mais pas dangereuses, témoigne Jean-Christophe Terrillon, professeur au Japan Advanced Institute of Science and Technology. A moins d’être cardiaque au point de succomber à la panique, elles sont sans conséquence physiologique. Explorer la peur qu’elles suscitent conduit à un changement psychologique radical, d’un état défensif à une attitude courageuse d’observation et d’apprentissage. » Ce que Patricia Serin appelle « une voie d'accomplissement de soi », dont il faut « apprendre à utiliser les ressources pour se transcender ».

OK, mais comment ? « Sur le moment, le premier réflexe, qu’on soit religieux ou non, est souvent de prier », observe David Hufford. Sous une forme ou une autre, concentrer son esprit sur des choses positives et rassurantes semble assurément une première clé. Dieu, le Dalai Lama, votre mère, votre copain, peu importe ! « Vous pouvez aussi imaginer un cercle d’amour tout autour de vous, propose Ryan Hurd. Ça semble ridicule, mais ça marche. »
Le plus important : se calmer. « Qu'on pense rêver ou être éveillé, il s'agit d'admettre qu'on vit une paralysie du sommeil, qu'on va s'en sortir, recommande Patricia Serin. La peur active dans notre cerveau deux types de réaction : se battre ou fuir. Impossible dans une paralysie du sommeil, puisque le corps est bloqué ! On passe alors en mode terreur. » Pour l’évacuer, il faut « reprendre aussi tranquillement que possible la maîtrise de sa respiration, en l'amplifiant et en la ralentissant », visualiser une partie précise de son corps – comme le bout de ses doigts ou de ses orteils – puis essayer de les faire bouger.
Et, si l’on estime être attaqué par une entité, « s'affirmer face à l’intrus, en exigeant qu'il parte et ne nous dérange plus », préconise Patricia Serin. « Dans cette expérience, nous ne sommes pas des victimes passives, estime aussi Ryan Hurd. Le corps est bloqué, mais le reste est modelé par nos peurs et nos pensées. Si le visiteur se fait insistant, demandez-lui ce qu’il veut, comment vous pouvez l’aider. Face à cette présence, soyez curieux, ouvert mais ferme. Si vous êtes dans l’acceptation et la confiance, l’expérience se métamorphosera. La nature reflète le visage que l’on tourne vers elle. »

Une fois la crise passée, pour éviter qu’elle recommence dans la foulée, David Hufford conseille d’allumer la lumière, « se lever, boire un verre d’eau », voire faire quelques exercices avant d’aller se recoucher, « mais pas sur le dos ! Les trois-quarts des paralysies du sommeil surviennent quand on dort dans cette position ».
Patricia Serin, elle, recommande de noter sur un carnet les détails de l’expérience, les émotions ressenties, le contenu de la journée précédente, afin de mieux l’apprivoiser. « Seul ou avec un psy, on peut ensuite associer avec d'autres vécus, des souvenirs, des traumatismes. Le fait de pouvoir en parler représente déjà un grand soutien. »
Au-delà, pour tous les spécialistes, les paralysies du sommeil régulières doivent inviter à repenser son mode de vie. Exit les drogues, l’alcool et les excitants. Exit les pics de stress, les nuits trop courtes, les retards de sommeil accumulés. Exit les activités stimulantes avant d’aller se coucher. Au programme : régime alimentaire équilibré, chambre paisible et fraîche, volets formés (la lumière favorise le phénomène), soirées calmes, activités permettant de se poser, de se reconnecter à son intériorité, d’exprimer sa créativité… 

Certains affirment même devenir suffisamment sereins et ancrés face à l’expérience pour en faire un tremplin vers d’autres dimensions. « Leur terreur initiale se transforme progressivement en excitation ou en ravissement », confirme Allan Cheyne, notamment lorsque la paralysie du sommeil ouvre vers un rêve lucide ou une sortie hors du corps (maîtrisée)…
Autant d’états modifiés de conscience qui « questionnent deux siècles de postulats sur le nature non-empirique et non-rationnelle de la spiritualité », conclut David Hufford. 



Voir des sujets semblables à partir de cette page ou de ce site
( http://www.inrees.com/articles/Paralysie-du-sommeil-entre-reve-et-realites/ )


- - - - -


encyclopedie paranormale a écrit:


Paralysie du sommeil

Trouble du sommeil provoquant une paralysie parfois accompagnée d'hallucinations, à l'origine de certains cas de hantise ou de possession

La paralysie du sommeil est un trouble intervenant lors de l'endormissement (on parle alors de paralysie hypnagonique) ou lors du réveil (paralysie hypnopompique). La personne est consciente, mais se trouve dans l'incapacité du bouger pendant plusieurs minutes. 
La paralysie du sommeil s'accompagne éventuellement d'hallucinations auditives, visuelles ou tactiles, ce qui rend l'expérience particulièrement traumatisante pour la personne qui la vit.
La paralysie du sommeil un phénomène relativement courant et répandu, dans la mesure où 1/4 de la population a vécu au moins une fois dans sa vie une expérience de ce genre.

Il ne faut pas confondre la paralysie du sommeil avec les terreurs nocturnes?, qui elles correspondent davantage à des crises de panique et ne se manifestent jamais par une paralysie corporelle.

La tableau "Le Cauchemar", de Heinrich Füssli

Causes physiologiques
En temps normal, la paralysie du sommeil est un phénomène naturel se produisant chez tous les êtres humains durant le sommeil ; elle empêche que la personne ne bouge lorsqu'elle rêve et qu'elle ne se blesse par des mouvements incontrôlés. 
Lors du sommeil paradoxal, les motoneurones du tronc cérébral sont inhibés, les influx nerveux y circulant sont alors bloqués. Selon certaines hypothèses, cette inhibition s'expliquerait par un très faible taux de mélatonine, qui empêcherait la dépolarisation des neurones. Tous les muscles du corps se retrouvent donc paralysés, sauf ceux des activités métaboliques essentielles : respiration, digestion et circulation sanguine. Les muscles contrôlant les déplacements des yeux ne sont pas bloqués eux non plus – ce qui explique que la phase paradoxale du sommeil soit caractérisée par des mouvements oculaires rapides.
Cette paralysie ne doit normalement apparaître que lors de l'entrée en sommeil paradoxal et disparaître sitôt cette phase terminée. Cependant, dans certains cas, elle est décalée et empiète sur l'endormissement ou le réveil du dormeur. 
Les raisons de ce décalage ne sont pas encore clairement établies à ce jour. Certains facteurs tels que le stress, la prise d'anxiolytiques, un changement d'environnement, un manque de sommeil, une lumière ambiante lors du sommeil... semblent le favoriser. C'est également l'un des symptômes permettant de diagnostiquer une narcolepsie (une forme d'hypersomnolence).
Symptômes

Lors d'une paralysie du sommeil, la personne est pleinement consciente mais son corps est complètement paralysé (à l'exception des yeux qui peuvent éventuellement encore bouger). Certains rares témoins ont affirmé avoir réussi à effectuer quelques mouvements, mais avec énormément de difficulté. 
La personne a également du mal à respirer et éprouve un sentiment d'écrasement et de pression sur la poitrine. Cette paralysie peut durer de quelques secondes à une dizaine de minutes, après quoi elle cesse spontanément et la personne retrouve peu à peu le contrôle de son corps.


Détail du tableau "La Nuit", de Ferdinand Hodler (1890)

La paralysie du sommeil s'accompagne souvent d'hallucinations visuelles et auditives, chez environ 1/3 des gens en souffrant. Celles-ci sont provoquées par l'état de confusion et de panique dans lequel se trouve la personne qui bien souvent ne comprend pas ce qui lui arrive. 
Les hallucinations peuvent être discrètes (simples bourdonnements ou sifflement dans les oreilles), mais elles peuvent également revêtir un caractère plus effrayant : sensation d'une 'présence hostile' dans la chambre ; bruits de pas, de respirations ou de voix ; visions d'ombres ou de silhouettes, voire d'apparitions démoniaques extrêmement réalistes ; sensation de contact tactile...
L'aspect que prend l'hallucination est très dépendant du caractère de la personne, de son imagination, de son état physiologique... mais également (et surtout) du substrat culturel de celle-ci et de ses croyances. C'est ce qui explique que certaines figures (telle celle de la vieille sorcière, ou Old Hag en anglais) reviennent de façon récurrente dans les témoignages de personnes ayant vécu une paralysie accompagnée d'hallucinations.
La paralysie du sommeil est donc très probablement à l'origine de certains cas de supposées hantises ou possessions. Elle explique également la légende (mondialement répandue) des esprits cauquemars?, qui se posent sur la poitrine du dormeur et l'écrasent de leur poids.

La paralysie du sommeil ne présente aucun danger pour la personne qui la vit, en dehors de l'expérience désagréable occasionnée par les hallucinations. 
Il semble cependant qu'avec une certaine habitude du phénomène et en gardant son calme, le dormeur puisse arriver à contrôler les hallucinations qu'il subit, à la façon d'un rêve lucide? ; il arrive également à retrouver le contrôle de son corps plus rapidement et avec plus de facilité. La paralysie du sommeil cesse alors d'être une expérience traumatisante.


( http://www.paranormal-encyclopedie.com/wiki/Articles/Paralysie_du_sommeil )




...

_____________________________________________________________
Morrigan, sorcière - Ça va, Invité ?  cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Fée Morrigan
Membre Spécial/VIP
Membre Spécial/VIP
avatar

Grade/rang en + : Honneur ✩✩✩✩✩ Equitation Ethologie & 'Spécialiste Mythologie Celtique
' ' : Ordre des druides celtiques
Honneurs :


Ancienne du forum


Groupe Ethologie-Equitation










Sexe : Féminin
Age à l'inscription : 18
invité(e) par : Yoda
Passions et loisirs préférés : Equitation, arts martiaux, monde celtique, sciences, animaux, mythologie, ... ... ...
Humeur : Guerrière

MessageSujet: Re: Paralysie du sommeil   Jeu 24 Avr 2014 - 19:00

2

----

Comment faire pour éviter une paralysie du sommeil et comment la vivre au mieux lorsqu’elle se produit ? 



Première approche : la vivre paisiblement

La paralysie du sommeil n’est pas obligatoirement un phénomène effrayant. Il semblerait que l’aspect terrifiant des hallucinations, tel que certaines personnes l’éprouvent, dépend en grande partie de leur état d’esprit : le fait de se sentir immobilisé provoque la panique et la panique induit le caractère cauchemardeux des hallucinations. 
En faisant disparaître la peur qui accompagne le phénomène, on fait aussi disparaître les expériences désagréables. Un conseil est donc de maîtriser ses émotions et, en particulier, d’éviter de lutter et de se débattre, réactions qui accroissent l’angoisse et intensifient les aspects désagréables de l’expérience. Il est aussi possible de modifier ses sentiments en évoquant des émotions positives.

Se dire :
" Bon, je connais déjà ça, je reste tranquille, je sais que c'est passager, essayons de penser à quelque chose de positif, un bon souvenir, un moment agréable, je suis dans mon lit et il ne va rien m'arriver, attendons alors que ça passe. J'en profite pour me relaxer, méditer, ou penser à ce que je ferai demain. "


Deuxième approche : tenter de se réveiller complètement

Certaines techniques permettent de provoquer rapidement un réveil complet. L’une consiste à se concentrer sur sa respiration et en prendre le contrôle, en la ramenant à un rythme régulier et en pratiquant des respirations profondes. Tousser volontairement conduit au même résultat.

L’atonie musculaire ne touche complètement que les muscles posturaux ; de nombreux petits muscles du corps ne sont pas affectés, ou moins. Aussi remuer un doigt ou un orteil, crisper et décrisper régulièrement le poing, grimacer en contractant les muscles du visage, ou encore remuer la langue dans la bouche, bouger les yeux çà et là ou loucher sont des méthodes connues pour mettre fin au trouble.
 Very Happy 

Troisième approche : demander de l’aide à votre partenaire*
* ou un proche

Sachant qu’un simple contact extérieur suffit pour revenir à un état normal, il est souhaitable de mettre au courant son partenaire de lit (pour les couples) ou sa famille, et de lui demander d’intervenir sitôt qu'il y a certains indices (gémissements, respiration haletante) et que le estime que se produit une crise.


Quatrième approche : rendre les hallucinations agréables

Il faut aussi savoir qu’il est possible d’orienter volontairement les hallucinations afin de leur donner un caractère agréable et les transformer en expériences subjectivement positives, voire parfois vécues comme spirituelles. On peut entre autres visualiser une situation en accord avec les sensations proprioceptives (par exemple profiter de l’impression de flottement pour s’imaginer flotter sur un lac).

Ça rejoint un peu les techniques d'auto-hypnose, et de voyage astral/méditation.


Cinquième approche : la transformer en rêve lucide 

Il est aussi faisable, depuis l’état de paralysie du sommeil, d’entrer consciemment dans un rêve lucide (un rêve où l’on se sait rêver et où s’offre donc la possibilité d’agir et de modifier le contenu onirique avec plus de liberté), ce qui désamorce généralement l’aspect effrayant de l’expérience. Les méthodes consistent, toujours après s’être convaincu du caractère onirique et inoffensif des ressentis, à accepter images et sensations telles que la pression vers le bas, le flottement, les impressions de sortie du corps, à se laisser aller et à les accompagner mentalement ou bien même à susciter et accentuer ces perceptions, en particulier la rotation sur soi-même.

Alternativement, l’état de paralysie du sommeil est également idéal pour débuter une projection astrale.

Cette technique est donc similaire à la précédente : rendre le moment le plus agréable et "flottant" que possible.


Grâce à ces cinq techniques pour mieux gérer la paralysie du sommeil, j’espère que vous aurez désormais l’esprit plus tranquille la prochaine (ou première !) fois que cela arrivera. 


Nous, nous sommes maintenant rassurés à propos de ce phénomène, et ces techniques simples permettent de ne plus jamais avoir ce genre de blocage



Merci d'avoir lu   :japgif:

_____________________________________________________________
Morrigan, sorcière - Ça va, Invité ?  cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Océane O'GRAFIC
AIDE STAFF
avatar

Grade/rang en + : CERTIFIEE + MODERATRICE
' ' : Y3AH!
Honneurs :


Ancienne du forum



STAFF DU FORUM

Sexe : Féminin
Age à l'inscription : 12
Age : 17
invité(e) par : collège :)
Passions et loisirs préférés : Lecture, équitation, sorties...

MessageSujet: Re: Paralysie du sommeil   Ven 25 Avr 2014 - 15:18

+ + + Morrigan


Transfert du sujet en zone discussions générales.

_____________________________________________________________
Océane
clique ici pour voir les derniers messages
Revenir en haut Aller en bas
Hana Shiishai
✩✩✩ ✩ ✩✩✩
✩✩✩ ✩ ✩✩✩
avatar

Grade/rang en + : Môme certifiée
' ' : Être ou ne pas être?Tel est la question.
Honneurs :

Ancienne du Forum






Sexe : Féminin
Age à l'inscription : 12
Age : 16
invité(e) par : Fabien
Passions et loisirs préférés : Animaux, sciences, karaté, cuisine, Harry Potter...
Humeur : Contente!

MessageSujet: Re: Paralysie du sommeil   Ven 25 Avr 2014 - 15:59

Merci beaucoup!
Oui, il a des facteurs qui favorisent en effet, personnellement je me couche tard vers 22h30-23 heures c'est sûrement ça qui faudrait régler. Mais la seule chose à la rigueur qui ne m'en fait pas faire c'est m'endormir sans m 'en rendre compte.
Donc ça se peut qu'on en est plus jamais?! Jamais de la vie? Wouaw!
Je vais essayer de suivre les conseils et tout faire pour éviter que cela se reproduise, en tout cas je suis aussi rassurée de savoir n'être pas la seule!
J'essayerai de changer mes habitudes de vie pour ma part..N'empêche ce truc est horrible. Merci encore, encore !

_____________________________________________________________
"Bien sûr ça se passe dans ta tête Harry, mais pourquoi faudrait-il en conclure que ce n'est pas réel "?
Albus Dumbledore.


"Si tu veux savoir ce que vaut un humain, regarde donc comment il traite ses inférieurs, pas ses égaux."
Sirius Black.


(Harry Potter.)
"L'imagination, c'est ce qui nous rend capable de comprendre des choses que nous n'avons jamais vécu."
J.K Rowling.
Revenir en haut Aller en bas
http://animaux-nos-amies-a-vies.skyrock.com/
Emilie H²
Môme certifiée
Môme certifiée
avatar

Grade/rang en + : Môme certifiée
Sexe : Féminin
Age à l'inscription : 12
Age : 17
invité(e) par : moteur de recherche et Students of the World
Passions et loisirs préférés : loisirs divers

MessageSujet: Re: Paralysie du sommeil   Sam 26 Avr 2014 - 12:04

Merci aussi, ça m'était arrivé deux fois moi aussi et ça peut être utile si ça se reproduit

_____________________________________________________________
~~~~~~~~~E~M~I~L~I~E~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
mevyn92
M.CERTIFIÉ. Honneur ✩✩✩✩
M.CERTIFIÉ. Honneur ✩✩✩✩
avatar

Grade/rang en + : Môme certifié
Sexe : Masculin
Age à l'inscription : 12
Age : 18
invité(e) par : Kevin (via msn2)
Passions et loisirs préférés : Internet, Potes, humour, Photographie, sport
Humeur : Heureux !

MessageSujet: Re: Paralysie du sommeil   Sam 24 Mai 2014 - 8:27

ça doit être une expérience traumatisante, pour certain surtout si c'est la première fois... pour ma part ça ne m'est jamais arrivée mais les conseils que vous donnez la seront très utile a certains

_____________________________________________________________


                                                                  REJOIGNEZ NOUS VITE!


                                          http://farmland.fr/


:panomerci: :panomerci: :panomerci: :panomerci: :panomerci: :panomerci: :panomerci: :panomerci: :panomerci: :panomerci: :panomerci: :panomerci: :panomerci: :panomerci: :panomerci:
Revenir en haut Aller en bas
GameOver
Môme certifié
Môme certifié
avatar

Sexe : Masculin
Age à l'inscription : 12
Age : 16
invité(e) par : annuaire des forums
Passions et loisirs préférés : jeux, musique

MessageSujet: Re: Paralysie du sommeil   Lun 26 Mai 2014 - 10:35

merci pour l article  smile1

_____________________________________________________________
alien
Revenir en haut Aller en bas
canellellena
Membre 8-40 messages
avatar

Sexe : Féminin
Age à l'inscription : 13
Age : 16
invité(e) par : hana shiishai
Passions et loisirs préférés : lecture escalade course d orientation ...

MessageSujet: Re: Paralysie du sommeil   Lun 16 Juin 2014 - 19:49

J adore cet article , sa ne m est arrivé qu 1 fois et j'ai paniqué mais heureusement je me suis tres vote calme ( j avais juste une Sensation de poids et de présence. .. ) et s a na duré qu a peine 30/40 secondes . Maos je suis amatrice de sensation fortes alors qu en sa c est finit jai trouvé l experience vraiment chouette mais je comprend que sa peut vraiment faire peur !!! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Hana Shiishai
✩✩✩ ✩ ✩✩✩
✩✩✩ ✩ ✩✩✩
avatar

Grade/rang en + : Môme certifiée
' ' : Être ou ne pas être?Tel est la question.
Honneurs :

Ancienne du Forum






Sexe : Féminin
Age à l'inscription : 12
Age : 16
invité(e) par : Fabien
Passions et loisirs préférés : Animaux, sciences, karaté, cuisine, Harry Potter...
Humeur : Contente!

MessageSujet: Re: Paralysie du sommeil   Sam 21 Juin 2014 - 8:41

En même temps, si t'aime les sensations fortes^^.
Ha tu arrive à y délimiter le temps toi?

Par contre l'ami de ma mère (comme il s'y connait très bien en paranormal) nous a dit que la paralysie du sommeil c'est que le corps astral a du mal à rejoindre son corps physique et que ceux qui en font tout le temps ont un énorme don extraordinaire et pourront voyager partout (en allant chercher les voyages astraux). Je sais pas si c'est vrai mais lui il s'y connais vraiment vraiment alors..

_____________________________________________________________
"Bien sûr ça se passe dans ta tête Harry, mais pourquoi faudrait-il en conclure que ce n'est pas réel "?
Albus Dumbledore.


"Si tu veux savoir ce que vaut un humain, regarde donc comment il traite ses inférieurs, pas ses égaux."
Sirius Black.


(Harry Potter.)
"L'imagination, c'est ce qui nous rend capable de comprendre des choses que nous n'avons jamais vécu."
J.K Rowling.
Revenir en haut Aller en bas
http://animaux-nos-amies-a-vies.skyrock.com/
Prince Kévin
Môme certifié
Môme certifié
avatar

Grade/rang en + : Môme d'Honneur
' ' : ≣ Club 7-12
Honneurs :

Ancien du forum


Club Mômes 7-12





Sexe : Masculin
Age à l'inscription : 9
Age : 14
invité(e) par : Maître Yoda
Passions et loisirs préférés : Arts martiaux du Japon féodal, Animaux, équitation, chevalerie, monde celtique, apprendre et s'instruire et encore plein de choses : voir blog Skyrock, Canailleblog et site w
Humeur : ça dépend si t'es là ou pas

MessageSujet: Re: Paralysie du sommeil   Dim 22 Juin 2014 - 11:30

Hana Shiishai a écrit:
En même temps, si t'aime les sensations fortes^^.
Ha tu arrive à y délimiter le temps toi?

Par contre l'ami de ma mère (comme il s'y connait très bien en paranormal) nous a dit que la paralysie du sommeil c'est que le corps astral a du mal à rejoindre son corps physique et que ceux qui en font tout le temps ont un énorme don extraordinaire et pourront voyager partout (en allant chercher les voyages astraux). Je sais pas si c'est vrai mais lui il s'y connais vraiment vraiment alors..

On n'est pas tout à fait d'accord (Morrigan et moi) car celui qui maîtrise bien les voyages astraux maîtrise bien aussi les "effets secondaires".
Or les voyages astraux se situent sur un plan d'ondes cérébrales différent de celui de l'éveil (rappel des ondes alpha, beta, delta, theta). Techniquement un voyage astral (un vrai) se fait dans un état entre sommeil et méditation, alors que la paralysie du sommeil est dans un état éveillé (sinon, et bien on n'en aurait pas conscience, tout simplement).

Alors bien sur il y a des nuances, ce n'est pas comme un interrupteur "allumé ou éteint", même dans le voyage astral ça peut aller du simple déplacement extra corporel (réveillé) jusqu'au voyage astral intégral (endormi, et on ne se souvient de rien).

Conclusion : il peut y avoir une part de vérité mais je pense qu'il ne faut pas toujours associer les deux. Surtout que la majorité des gens ne savent pas faire un voyage astral, ni même se mettre en phase méditative (ce qui est l'idéal pour partir hors du corps, et donc tout le contraire de la paralysie du sommeil où on est trop paniqué pour se relaxer).

 smile1 

_____________________________________________________________
Clic ici pour voir tous les messages depuis ta dernière visite
Revenir en haut Aller en bas
http://skyrock.com http://mome.exprimetoi.net/f28-site-de-kevinmomes-animaux-et-nature-en-danger
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paralysie du sommeil   

Revenir en haut Aller en bas
 
Paralysie du sommeil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
mome.exprimetoi.net :: Discussions générales :: Discussions générales (bla-bla)-
Sauter vers: